Cameroun : Selon Minette Libom Li Likeng, l’opérateur Nexttel doit 60 milliards de F.Cfa à l’ART, 11 milliards à Camtel et 06 milliards de F.CFA à IHS

cameroun-:-selon-minette-libom-li-likeng,-l’operateur-nexttel-doit-60-milliards-de-fcfa-a-l’art,-11-milliards-a-camtel-et-06-milliards-de-f.cfa-a-ihs

12 Juil 2021 | News | 0 commentaires

[Digital Business Africa] – La ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, était face aux députés de l’Assemblée nationale ce 07 juillet 2021 où elle était interrogée sur la qualité des services des communications électroniques au Cameroun.

Après son exposé, la ministre a été questionnée sur la situation de l’entreprise Viettel Cameroun, qui exploite la marque Nexttel. Notamment au sujet de ses dettes vis-à-vis des acteurs du secteur et de la situation qui prévaut au sein de cette entreprise aujourd’hui contrôlée par le milliardaire camerounais Baba Ahmadou Danpullo.

D’après la ministre, la dette de VIETTEL Cameroun vis-à-vis des acteurs du secteur télécoms au Cameroun est évaluée à ce jour à environ 60 000 000 000 (soixante milliards) de F. CFA. Soit 42 209 906 448 (quarante-deux-milliards-deux-cent-neuf-millions-neuf-cent-six-mil-quatre-cent-quarante-huit) de F.CFA de dettes envers l’ ART (l’Agence de régulation des télécommunications); 11 000 000 000 (onze milliards) de F.CFA envers Camtel et 6 000 000 000 (six milliards) de F.CFA de dettes envers IHS Cameroun.

Orange et Mtn Cameroon auraient également des impayés auprès de Nexttel au titre des frais d’interconnexion.

Approché par Digital Business Africa pour la confirmation de ces chiffres, Nexttel n’a pas encore réagi.

Le ministre indique avoir donné instruction à l’ART de mettre en place un cadre de concertation incluant tous les acteurs concernés, à l’effet de trouver une solution à cette situation complexe liée au nom paiement des services loués à NEXTTEL par les autres opérateurs.

Pour Minette Libom Li Likeng, l’insolvabilité de VIETTEL Cameroun vis-à-vis des autres acteurs du secteur risque de porter un coup sur le mécanisme de redevances perçues par le régulateur et les charges d’exploitation des autres opérateurs. « Plus encore, elle constitue à date un risque systémique qui pourrait déclencher une grande instabilité ou provoquer l’effondrement de toute la chaine de production des services de communications électroniques en regard du fait q

L’intégralité de cet article écrit et publié en premier sur Digital Business Africa

Naviguez par Tags : DIgital Business Africa

Articles similaires

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code